Portail langues de l’académie de Versailles
Académie
Accueil du site > Textes de référence > Programmes > Nouveaux programmes collège

Nouveaux programmes collège

lundi 9 octobre 2006, par Katrin Goldmann

Pour lire l’intégralité du préambule cliquez ici.

Palier 1

 La pratique des langues vivantes

Le nouveau contexte d’apprentissage des langues vivantes, avec l’adoption par décret en date du 22 août 2005 du CECRL, met en avant l’objectif de communication dans une variété de situations aussi proches que possibles de celles de la vie réelle. Il fau tenir compte d’un monde de plus en plus ouvert aux échanges et à la mobilité. Priorité est donc donnée à la pratique de la langue orale et l’exposition à la langue pour assurer une progression dans l’apprentissage.

 Un apprentissage qui met l’élève en situation

La langue étant un instrument qui intervient dans la réalisation de la plupart des tâches sociales, les compétences linguistiques ne sont pas une fin en soi. La langue est reliée à l’action ( = approche actionnelle) et ceci implique que les compétences linguistiques et culturelles soient mises en situation dans la réalisation de tâches.

 Les langues vivantes, composantes de la culture commune au collège

L’apprentissage des langues vivantes joue un rôle crucial dans l’enrichissement intellectuel et humain de l’élève en l’ouvrant à la diversité des langues mais aussi à la complémentarité des points de vue.

 Une organisation en deux paliers

Le programme d’enseignemnt est organisé en deux paliers successifs pour le collège.

- Le palier 1 : le niveau à atteindre est fixé à A2. C’est le niveau requis pour l’acquisition du socle commun des connaissances et de compétences.
- Le palier 2 : il fixe les niveaux attendus en fin de collège et décrit les compétences à acquérir pour y parvenir.
- Les niveaux visés en fin de collège sont :

  • B1 pour la langue commencée à l’école élémentaire
  • A2 pour la langue commencée au collège

 Le premier palier des compétences attendues

  L’activité de communication langagière

- L’enseignement des langues vivantes vise à doter les élèves d’un instrument de communication.
- Il s’agit d’une compétence en cours de construction.
- Les activités orales de comprehénsion et d’expression sont prioritaires. L’élève est impliqué dans des situations de communication motivées et motivantes qui le rendent actif.
- On proposera à tous les niveaux une langue authentique (en évitant l’écrit oralisé).

  La compréhension de l’oral

L’entraînement rigoureux et progressif à la compréhension de l’oral permet de développer les capacités de discrimination auditive et de construire des stratégies d’accès au sens. Il est indispensable de varier les types de supports et de documents utilisés. La compréhension de l’oral doit être régulièrement évaluée.

 Expression orale

La capacité des élèves à construire des énoncés personnels sera développée. Les élèves doivent être en mesure de formuler un message simple dans une langue actuelle sur des sujets qui leur sont familiers.
Il convient de distinguer et de développer l’interaction orale et l’expression orale en continu :
- Dans une situation de dialogue, les énoncés sont brefs et improvisés. L’expression peut être incomplète, pnctuée d’onomatopées, d’interjections. L’essentiel est que le message soit compris. En classe, on encourage les tâches qui facorisent les activités de dialogues.
- La prise de parole en continu, même de niveau modeste, suppose que l’élève soit capable de produire des énoncés plus complets et entraîné à les rendre plus complexes. En situation d’entraînement, il faut dédramatiser la prise de parole et encourager la prise de risque.
En situation d’évaluation sommative, la correction formelle acquiert un autre statut.

 Place de l’écrit

L’objectif est de fournir aux élèves les éléments d’une autonomie suffisante pour les faire accéder à terme au plaisir de lire et d’écrire dans une langue étrangère.

 Compréhension de l’écrit

Le texte écrit permet d’opérer des lectures successives et récurrentes et par conséquent d’aller plus loin dans le domaine de l’interférence et de la reconnaissance du sens à partir de structures formelles. On propose donc aux élèves des tâches qui leur permettront d’avancer dans l’exploration du sens et de l’implicite. La diversité des supports et des approches (lecture globale, lecture ciblée, balayage du texte) est importante.

 Expression écrite

Les élèves doivent être entraînés à construire des énoncés simples, à enchaîner des énoncés organisés en ayant recours à quelques articulations logiques du discours. Le professeur veille à ne pas inhiber la créativité par un souci trop rigide de correction formelle.
A chaque activité son entraînement spécifique et une évaluation distincte. On ne perdra néanmoins pas de vue qu’elles inter-agissent et on habituera progressivement les élèves à aborder des tâches complexes, permettant de les croiser.

 La compétence culturelle

La communication ne saurait être efficace sans l’intégration de la dimension culturelle. La place assignée aux éléments culturels dans les tableaux synoptiques propres à chaque langue dit bien l’importance de cette dimension.
L’objectif est autant que possible de donner accès à la réalité authentique d’un adolescent du même âge du ou des pays de la langue étudiée. Il ne suffit pas de se limiter à la transmission d’informations historiques, géographiques ou sociologiques. Il s’agit de sensibiliser également à des spécificités culturelles afin de prendre conscience des similitudes et des différences entre son propre pays et les pays dont on apprend la langue.
La découverte et l’exploration des réalités culturelles ciblées sont conduites dans le cadre de tâches permettant de conjuguer objectif linguistique et culturel. Elles font l’objet d’une programmation et prennent appui sur des documents authentiques ou des situations vécues par les élèves, notamment lors de contacts pris avec des établissements du ou des pays ou des locuteurs natifs.

 Les compétences linguistiques

Pour comprendre et se faire comprendre, il est indispensable de prendre de bonnes habitudes grâce à un entraînement systématique à l’écoute et à une grande exigence en matière de prononciation.
L’utilisation en contexte des faits de langue et la prise de conscience de leur valeur et de leur fonctionnement permettront d’améliorer la maîtrise de la langue et de favoriser l’autonomie de l’élève. La grammaire ne doit jamais être une fin en soi, mais rester un moyen au service de la communication. Tout entraînement doit être en relation avec le sens. Il convient de ne pas compromettre par des ambitions grammaticales excessives la mise en confiance de l’élève par rapport à la langue.

 Les TIC

L’utilisation des Technologies de l’Information et de la Communication n’est pas une nouveauté dans l’enseignement des langues vivantes. La nouveauté tient au fait que la plupart des documents sont désormais numérisés et qu’ils sont accessibles à partir d’un ordinateur. Il est désormais possible d’utiliser les nouveaux outils en classe, dans une salle multimédia, au CDI ou à l’extérieur pour exploiter toutes sortes de documents authentiques (texte, son, image, vidéo) et actuels, pour enregistrer ou écrire des productions d’élèves, pour entrer en contact avec des élèves à distance, pour effectuer des recherches. Toutes ces activités auront leur prolongement en dehors de la classe et de l’école. Les TIC ne sont pas uniquement un moyen pour diversifier les activités mais un des moyens privilégiés pour accroître l’exposition à la langue authentique.
Le maniement des TIC en classe de langue contribue à l’acquisition des compétences du B2i.

- Le préambule du palier 1 en intégralité.
- Liens vers les programmes de chaque langue



Audio Lingua   ÉduSCOL   LV — Éduscol Numérique
Portail langues de l'académie de Versailles
Responsable éditorial : M. le recteur Pierre-Yves Duwoye - Responsable de la rédaction : Mme Catherine Torres, IA-IPR
Webmestre : Katrin Goldmann